Press "Enter" to skip to content

Le dispositif des classes bilingues francophones de Moldavie: un nouveau visage

Ces dernières années, devancé par un engouement plus fort pour l’apprentissage de l’anglais, le français s’est trouvé fragilisé en République de Moldavie ; cette belle langue garde cependant son statut privilégié, toujours en tête de classement au sein des établissements scolaires publics membres du projet éducatif des classes bilingues francophones. Actuellement, ce projet, qui représente une priorité de la coopération franco-moldave, passe par un processus de redynamisation et de restructuration. La France, via son Ambassade à Chisinau et l’Alliance Française de Moldavie, et avec le concours de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), vient de démarrer des actions significatives pour consolider la réalité des lycées bilingues : le recrutement d’un Coordinateur à l’Alliance Française, la mise à disposition de bourses de mobilité à l’international, l’offre de stages de formation pour les enseignant(e)s, et l’assistance pour l’élaboration de nouveaux outils pédagogiques.

Ci-dessous nous ferons une brève présentation du projet et un résumé de son évolution depuis son lancement, il y a de cela presque 23 ans.

Historique du projet

Le projet a débuté le 4 octobre 1998 par la Convention sur la création des classes bilingues en République de Moldavie, signée entre le Ministère de l’Éducation et l’AUF pour une période de 12 ans. Le 27 septembre 2013, une autre convention de partenariat a été signée entre le ministère moldave de l’Éducation, de la Culture et de la Recherche, l’Ambassade de France et l’Alliance Française de Moldavie, cautionnant la prolongation du projet pour les 12 années suivantes.

Les classes bilingues de Moldavie ont fait l’objet, en 2020, d’une analyse FFOM conduite par des experts indépendants, qui a permis d’identifier les Forces, les Faiblesses, les Opportunités et les Menaces du dispositif. Cette étude a conclu à la nécessité de pérenniser le projet et de le redynamiser en lui apportant un soutien renforcé de la part de ses partenaires. Une nouvelle convention de partenariat assez détaillée, s’appuyant sur les préconisations formulées par les experts et validées par l’ensemble des partenaires signataires, vient d’être élaborée et sera prochainement approuvée pour se substituer à la convention tripartite de 2013. C’est un acte s’appuyant aussi sur le pacte linguistique entre la Francophonie et la République de Moldavie, conclu le 8 octobre 2018 en marge du XVIIe Sommet de la Francophonie tenu à Erevan, et l’engagement pris par la République de Moldavie à renforcer l’enseignement du français et des apprentissages en langue française.

Grands objectifs des classes bilingues

Les principaux objectifs du projet bilingue sont :

  • assurer un enseignement de qualité du et en français, basés sur des programmes conçus et approuvés par le ministère de l’Éducation et de la Recherche, et le matériel pédagogique nécessaire ;
  • assurer le suivi et l’évaluation de l’apprentissage du et en français des élèves et garantir la reconnaissance nationale et internationale du baccalauréat bilingue francophone ;
  • assurer la reconnaissance internationale du cursus bilingue moldave et la démarche qualité par la labélisation ou le renouvellement de la labélisation des établissements bilingues moldaves au sein du réseau FrancÉducation ;
  • faciliter l’insertion professionnelle des diplômés des classes bilingues francophones ;
  • soutenir la formation initiale et continue des enseignant(e)s de français langue étrangère (FLE) et de disciplines non-linguistiques (DNL), et valoriser leurs efforts ;
  • consolider l’identité et la cohésion du réseau d’établissements bilingues francophones. 

Classes bilingues, classes d’excellence

Après 23 ans d’existence du projet, nous sommes en mesure d’affirmer que les classes bilingues francophones sont devenues de fait des classes d’excellence, grâce aux efforts et à l’implication des équipes pédagogiques et des partenaires du projet. De nombreux jeunes ont obtenu et continuent d’obtenir les premières places aux différents concours et olympiades nationales et internationales ; les diplômés parviennent, grâce à la langue française, à se forger une carrière épanouie au-delà des frontières moldaves, ayant été suivi dans leur cursus pré-universitaire par les meilleur(e)s enseignant(e)s, suivant toujours des formations continues et des stages dans les pays francophones, maitrisant les nouvelles technologies, et sachant motiver leurs élèves durant leur parcours éducatif. À mentionner le fait que les élèves des classes bilingues bénéficient de l’interaction en présentiel et à distance avec des Français natifs : les volontaires en Service Civique recrutés en tant qu’animateurs linguistiques organisent toutes sortes d’activités curriculaires et extrascolaires : débats, concours, scénarios ludiques d’apprentissage, etc. Depuis trois ans, l’Alliance Française de Moldavie entretient la confiance accordée par la Guilde Européenne du Raid pour l’envoi de ces jeunes animateurs linguistiques et culturels, toujours plus nombreux et au profil le plus adapté à leur mission d’enseignement et de promotion.

L’enseignement bilingue francophone propose des méthodes d’apprentissage innovatrices ayant pour but la mobilité professionnelle et l’ouverture culturelle. Le projet concerne également tant la modernisation des contenus linguistiques et non-linguistiques que des pratiques pédagogiques. Tout ceci permet aux élèves d’être impliqués dans une démarche pluri-, trans-, et interdisciplinaire, de devenir acteurs de leur propre formation et de préparer leur apprentissage tout au long de leur vie.

Un autre aspect important à mettre en relief est le prestige de l’établissement encadré par le projet. Quatre lycées sur huit ont obtenu la reconnaissance de qualité pédagogique LabelFrancÉducation, accordée par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères de la République française.

Le processus d’enseignement et d’apprentissage au sein d’une classe bilingue diffère de celui d’une classe ordinaire, mais respecte toujours les normes émises par le ministère de l’Éducation et de la Recherche, le projet étant visé par le plan-cadre.

Comment se matérialise cette différence ? Par l’étude approfondie du français, d’après des méthodes FLE conçues et publiées en France, de sorte qu’à la fin du lycée, les jeunes puissent avoir au moins le niveau B2 de maîtrise de la langue, de fait comme sanctionné par leur réussite au Baccalauréat. En outre, nombreux sont celles et ceux qui réussissent à obtenir le Diplôme approfondi de langue française (DALF) attestant d’une connaissance de la langue en niveau C1, diplôme officiel délivré par le ministère de l’Éducation nationale français et reconnu par le ministère de l’Éducation et de la Recherche moldave. L’obtention du DALF exempte les lycéens des classes bilingues d’examen de français au BAC, qui reçoivent automatiquement la note 10, et de tout test linguistique pour l’admission au sein des universités françaises les plus exigeantes en termes de maîtrise de la langue.

Même si l’apprentissage du français reste primordial, le projet est ciblé sur les sciences exactes. Les candidat(e)s inscrit(e)s dans les classes bilingues étudient donc quatre DNL en français, ce qui constitue la seconde concrétisation de cette spécificité bilingue : les mathématiques, la physique, la chimie et la biologie. En fin du cycle, ils/elles soutiennent une épreuve de mathématiques obligatoire, toujours en français.

Bref, être élève dans une classe bilingue francophone est mille fois gagnant : c’est devenir indépendant, s’ouvrir au monde et préparer son avenir professionnel.

 

Bénéficiaires du projet

Les établissements scolaires visés par le projet sont :

  • Le lycée théorique « Gheorghe Asachi » de Chisinau ;
  • Le lycée théorique « Mihai Eminescu » de Chisinau ;
  • Le lycée théorique « Constantin Stere » de Soroca ;
  • Le lycée théorique « Mihai Eminescu » de Balti ;
  • Le lycée théorique « Vasile Alecsandri » d’Ungheni ;
  • Le lycée théorique « Ion Luca Caragiale » d’Orhei ;
  • Le Lycée théorique « Mihail Sadoveanu » d’Hincesti ;
  • Le lycée théorique « Ioan Voda » de Cahul.

Tous ces lycées seront soutenus et accompagnés dans leurs démarches par la nouvelle gouvernance du projet, qui sera assurée par deux comités (le comité de pilotage politique et le comité de pilotage opérationnel) et un coordinateur.

Élargissement des partenariats

Le projet sera inscrit au sein d’un partenariat plus large. Outre l’engagement des signataires de la convention, nous nous proposons de développer et diversifier les échanges en trois volets.

Premièrement, initier un processus de jumelages entre les établissements bilingues de Moldavie et des établissements francophones de l’étranger.

Deuxièmement, fortifier la collaboration entre les classes bilingues, les filières francophones des universités moldaves membres de l’AUF et le milieu francophone des affaires afin de contribuer à la continuité du parcours de formation des élèves, et leur offrir une aide à l’insertion professionnelle.

Et enfin, créer et animer le réseau des anciens élèves des classes bilingues francophones. Ce pour accompagner les jeunes dans l’entretien de leur carnet d’adresse, gardant contact avec leurs copains d’école et leurs professeurs, pour suivre l’évolution du dispositif des établissements bilingues moldaves après leur départ, pour partager leurs expériences, mais surtout afin de nous aider à améliorer les choses et à avancer, par leurs excellents retours, dans ce projet éducatif des classes bilingues.

Utilité du français à l’ère de la mondialisation et de la diversité

Au-delà de sa dimension profondément culturelle et romantique, le français reste toujours une langue de l’avenir et de l’avancement professionnel. Il y a nombre d’arguments pour choisir le français comme langue d’étude. En voici quelques-uns :

  • Parler français est un atout pour multiplier ses chances sur le marché de l’emploi national et international, puisque c’est la troisième langue des affaires dans le monde. La France est le quatrième investisseur étranger en République de Moldavie et un nombre non négligeable d’entreprises françaises y sont présentes. Le français reste également une grande langue diplomatique, comme l’une des 6 langues officielles de l’Organisation des Nations Unies.
  • Parler français et étudier en cursus secondaire bilingue permet de poursuivre ses études dans des établissements supérieurs français et francophones classés parmi les meilleurs, mais aussi poursuivre leur cursus ou une partie de leur formation au sein des six filières francophones des universités moldaves. Les jeunes maîtrisant le français peuvent bénéficier de bourses pour continuer leur formation en France dans toutes les disciplines.
  • Comprendre le français permet de porter un autre regard sur le monde et de s’informer grâce aux grands médias internationaux en langue française ; le français est aussi la quatrième langue utilisée sur Internet.
  • Apprendre le français aide à s’ouvrir à d’autres langues, surtout aux langues romanes, mais également à l’anglais, car le français a fourni plus de 50% du vocabulaire anglais actuel.

La francophonie est une réalité bien vivante en République de Moldavie. Les classes bilingues sont devenues, pour beaucoup de professeur(e)s, un projet de vie, et pour beaucoup d’élèves – une chance pour construire un avenir brillant et une carrière couronnée de succès.

La page Facebook du projet : Classes bilingues francophones de Moldavie.

Publié sur le Portail de la Moldavie francophone Moldavie.fr le 13 août 2021.